fbpx

Le Zéro Déchet, comment l’appliquer ?

Partagez cet article !

On vous l’accorde, le zéro déchet, ça fait un peu peur. Imaginer un quotidien dans lequel toutes nos habitudes doivent être repensées peut être assez impressionnant..

Chez Génération Zhéros, on pense qu’il s’agit plutôt d’un état d’esprit, une philosophie de vie et non une contrainte pesante que l’on devrait respecter à la lettre, chaque jour.

“Vous savez, nous ne croyons pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise façon de s’y mettre. Si nous devions résumer ce concept aujourd’hui avec vous, nous dirions que c’est d’abord des petites actions” (Vous avez la réf ? Le gif est un indice).

Plus sérieusement, nous pensons que c’est avant tout adopter une façon différente de consommer. Et ce pour toute forme de consommation, pas seulement au moment d’acheter. A-t-on besoin d’avoir plusieurs lumières allumées quand on regarde la télévision ? De rajouter des pâtes dans l’eau “histoire de finir le paquet” ? De stocker des objets “au cas-où” on en aurait besoin ? 

Et au moment d’acheter, on se pose les bonnes questions : est-ce que j’en ai envie ou besoin ? Est-ce que l’achat est la seule option ? Est-ce que je peux le trouver sous un autre format pour limiter mon empreinte ?

Pour répondre à ces questions, on utilise la (fameuse) règle des 5R, popularisée par Béa Johnson, une Française expatriée aux Etats-Unis, dans son livre nommé… roulement de tambour… “Zéro déchet” en 2013

La règle des 5R 6R

1 - Refuser, parce que le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas

S’il s’agit de la première règle à suivre, c’est parce que c’est l’idée la plus simple à mettre en place mais aussi la plus efficace. On a tous déjà un peu commencé en collant le fameux « stop pub » sur nos boîtes aux lettres par exemple. C’est ce principe que l’on peut appliquer dans plusieurs de nos habitudes. On refuse des emballages inutiles, les échantillons gratuits et les petits goodies qui finiront, de toute façon, au fin fond d’un tiroir ! 

Pour refuser les emballages plastiques, vous pouvez aussi apporter vos propres contenants au moment de faire vos courses. En plus, depuis le 10 février 2020, la loi autorise officiellement l’usage de contenant personnel dans les supermarchés pour les produits à la coupe.

2 - Réduire : sa consommation, l'accumulation, ses déchets 

Certaines fois, il est impossible de refuser alors on réduit. On achète moins, on achète la juste quantité, on limite les emballages, tout simplement. Tout ce qu’on prend “en moins”, ce sont des choses qui ne sont pas à produire. De même, acheter d’occasion, c’est aussi réduire car ça fera moins de matière première à exploiter et de déchets.

Par exemple, on délaisse la fast fashion pour courir les friperies et donner une seconde vie à des vêtements qui, en plus, seront beaucoup plus originaux.

Cette action de Réduire n’est pas seulement bonne pour la planète, c’est aussi l’opportunité de désencombrer son intérieur. Attention, on ne vous conseille pas de stopper tous vos achats “plaisirs coupables”, il est plutôt question d’acheter moins mais mieux ! 

Cette idée est liée à celle du minimalisme : less is more. En avoir moins, c’est en faire plus. On fait de l’espace dans sa vie et dans sa tête

Pour donner des exemples, vous pouvez très bien commencer par réduire votre empreinte carbone en mutualisant vos trajets (à plusieurs en covoiturage, en faisant plusieurs destinations en une fois…) ou à vous séparer d’un vêtement avant d’en racheter un autre. 

Et pour les besoins ponctuels, on loue. Pas besoin d’acheter une table à tapisserie quand on refait une pièce par exemple.

3 - Réutiliser : en donnant une seconde vie, en louant, en prêtant 

Sur 9,9 millions de tonnes de biens arrivant en fin de vie (textile, mobilier, électronique…), seulement 10% sont réemployés ou réutilisés. Pourtant, des solutions existent pour les faire durer : les repair cafés, la vente d’occasion (brocantes, Vinted, Le Bon Coin), la mise en location (Allovoisin), le don (Emmaüs), l’upcycling (ressourceries).

Donc règle numéro 3 : on réutilise ce qui aurait dû partir à la poubelle, c’est un peu comme avoir le pouvoir de résurrection. Ainsi, un vieux collant en Nylon peut devenir une super éponge. De manière plus simple, on peut garder et réutiliser les sachets kraft, les pots de confiture, les bocaux en verre… Il n’est pas nécessaire de transformer pour réutiliser.

On cherche des solutions qui durent dans le temps, en préparant un kit pour aller faire ses courses avec des sacs réutilisables par exemple.

Puisque vous avez acheté une table à tapisserie, pourquoi ne pas la prêter ou la mettre en location ?

Vous n’en voulez plus ? Mettez-le à disposition d’autres personnes :  Emmaüs vient de lancer une plateforme de ventes / dons solidaire, ça s’appelle Trëmma , ou allez en dépôt-vente.

4 - Recycler : car les matériaux pourront être valorisés ! 

Certaines fois, il est impossible de refuser, de réduire ou de réutiliser. Alors on recycle !

Il faut cependant garder en tête que le recyclage n’est pas une fin en soi ! De fait, seulement 26% de nos déchets plastiques collectés sont réellement recyclés. C’est pour cela que le recyclage apparaît en quatrième position dans cette règle des 5R. 

Dans la pensée Zéro-déchet, on envisage en premier lieu les alternatives (vrac, marché, consigne) à un produit emballé dans tous les cas !

Au-delà des emballages, on pense à recycler ses appareils électroniques, ses ampoules, ses piles, ses matériaux suite à des travaux, son linge usé… tous ces matériaux ont de la valeur.

5 - Redonner à la terre : composter ce qui peut l'être 

On composte ! Bien sûr, cette règle est plus facile à mettre en place lorsque l’on a un jardin. Si vous habitez dans un appartement en ville, la tâche peut paraître plus compliquée, même s’il existe des composteurs de balcon. Pas possible ou pas envie d’avoir de composteur ? de plus en plus de composteurs sont installés dans des jardins partagés ! Pour les trouver, vous n’avez pas besoin de partir à l’aventure, ZeroWaste France a cartographié toutes les zones de composts sur leur site : jeveuxmonbacbio.com.

Certaines communes organisent également la collecte des biodéchets, qui sont une ressource pour créer une énergie verte. Ainsi, rien ne se perd ! 

6 - Relax : on fait ce que l’on peut (notre R personnel) 

Pas de pression, pas la peine de culpabiliser, on a aussi le droit de se faire plaisir et de faire des impasses.

L’idée, c’est d’avoir cette philosophie dans un coin de la tête, ce n’est pas un manuel à suivre à la lettre (enfin vous pouvez, si vous voulez).

Nous finirons cet article en soulignant plusieurs points. Il est vrai qu’il peut paraître décourageant de commencer à agir lorsque toute notre consommation est remise en question. Mais adopter la philosophie Zéro-déchet, ce n’est pas seulement ajouter des contraintes et des complications au quotidien. Au contraire, c’est aussi vivre plus simplement en soulageant son porte-monnaie et sa charge morale.

En fait, contrairement aux idées reçues, réduire et repenser sa consommation ne coûte pas plus cher. Car en faisant vos produits vous-même ou en les achetant moins, vos dépenses sont réduites. Cela vous laisse la possibilité de vous faire des plaisirs de meilleure qualité.

Et principalement, c’est plus de bien-être : dans le corps en optant pour des produits plus sains, mais dans la tête aussi. 

Bref, pour résumer, une bonne démarche Zéro Déchet est une démarche qui améliore votre vie et non qui la complique. Alors avant toute chose : écoutez vous ! 

Source image : © Pixabay DR

Explorer d'autres articles

Ressourcerie

L’engagement individuel a-t-il sa place en entreprise ?​

Vos problèmes personnels restent au vestiaire”. Ah, cette douce époque où l’on enfilait sa blouse de travail en arrivant le matin, pour vêtir son costume de travailleur et que les vies professionnelles et personnelles étaient deux choses bien séparées, distinctes, étanches… Ça nous rendrait presque nostalgique (ou pas).